Les labels cosmétiques bio (partie 1)

Il existe différents labels de certification, ce n’est pas toujours simple de s’y retrouver.
Voici les principaux, la liste n’est bien évidemment pas exhaustive.

Ecocert
Est un organisme français créé en 1991 par des ingénieurs agronomes pour encourager une agriculture respectueuse de l’environnement, présent dans de nombreux pays. Il certifie principalement les produits issus de l’agriculture biologique, les cosmétiques, les éco-détergents et le textile.

En cosmétique, il existe 2 types de labels : bio et éco.

Dans les 2 cas, les normes suivantes doivent être respectées :

  • Au moins 95% du total des ingrédients doivent être naturels ou d’origine naturelle.
  • Ils vérifient l’absence d’OGM, parabens, phénoxyéthanol, PEG, silicones, nanoparticules, parfums et colorants de synthèse, ingrédients provenant d’animaux (sauf produits naturellement par eux comme le lait ou le miel)
  • L’emballage doit être biodégradable ou recyclable

Pour le label Cosmétique biologique : En plus des contraintes indiquées ci-dessus, 95% des ingrédients végétaux et 10% du total des ingrédients doivent provenir de l’agriculture biologique.

Pour le label Cosmétique écologique : En plus des obligations de base, 50% des ingrédients végétaux et 5% du total des ingrédients doivent provenir de l’agriculture biologique (moins contraignant que le label bio)

Le label spécifie que certains produits présents dans les cosmétiques tel que l’eau, les sels ou sels minéraux ne peuvent pas être certifiés puisqu’ils ne proviennent pas de l’agriculture. Par exemple, selon eux, un shampooing composé principalement d’eau contient entre 10 et 40% d’ingrédients biologiques.

Pour chaque niveau de certification, des audits annuels sont réalisés
Cosmebio

Selon leur site, « Le label des vrais cosmétiques bio »

Le label est basé sur un cahier des charges exigeant et une charte de valeurs éthiques, c’est donc plus qu’un « simple » label bio.

Il y a 3 labels différents :

Le label Cosmos Natural : 95% minimum d’ingrédients sont d’origine naturelle. Pour les 5% restants, il y a une liste d’ingrédients autorisés et les ingrédients issus de la pétrochimie sont fortement limités

Le label Bio : C’est le label basé sur la première charte de Cosmebio. 95% minimum des ingrédients sont d’origine naturelle (l’eau et les minéraux sont considérés comme naturels). Et comme chez Ecocert, 95% des ingrédients végétaux et 10% du total des ingrédients doivent provenir de l’agriculture biologique 

Le label Cosmos Organic : 95% minimum des ingrédients sont d’origine naturelle. Comme pour le label Natural, pour les 5% restants, il y a une liste d’ingrédients autorisés et les ingrédients issus de la pétrochimie sont fortement limités Enfin, 95% des ingrédients végétaux et 20% du total des ingrédients doivent provenir de l’agriculture biologique (10% pour les produits à rincer et minéraux puisque l’eau et les minéraux sont considérés comme non bio car pas issus de l’agriculture)

Concernant les nanoparticules, elles sont autorisées dans les produits solaires mais l’ingrédient doit contenir moins de 50% en nombre de particules ayant une taille inférieure à 100 nm (soit sur 100 particules, au moins 50 doivent avoir une taille supérieure à 100nm) et moins de 10% en masse des particules ayant une taille inférieure à 100 nm (soit sur 100g d’échantillon, plus de 90g doivent être constitués de particules ayant une taille supérieure à 100nm). Ils partent du constat qu’il n’existe pas de méthodes de référence applicables pour caractériser la taille et la proportion des particules et donc que les résultats peuvent être différents suivant les laboratoires d’analyse… Ils interdisent à leurs membres d’indiquer la mention « sans nano-particules » sur leurs produits.

Lien vers le cahier des charges

Natrue

Cette ASBL basée à Bruxelles a pour but la promotion et la protection des cosmétiques naturels et biologiques à travers le monde. Ses membres fondateurs sont de grands producteurs européens de produits naturels et biologiques : Dr. Hauschka, Lavera, Weleda, Primavera et Dalli.

Ils ont décidé de s’associer en 2007 parce qu’à l’époque, il n’y avait pas de standards officiels pour les cosmétiques bio et que de nombreuses sociétés pratiquaient le « greenwashing » (faire croire par le marketing qu’un produit écologique alors que ce n’est pas le cas).
A présent, ils ont des membres dans une trentaine de pays et environ 6.200 produits sont certifiés Natrue.
Pour chaque ligne de produits, 75% doivent pouvoir être certifiés, ceci afin d’encourager les producteurs à créer des produits réellement plus verts. (certaines sociétés pourraient avoir envie de certifier seulement un ou deux produits et faire croire aux consommateurs que tous leurs produits sont bio)

Leurs critères sont élaborés par un comité scientifique et sont régulièrement mis à jour. La dernière version date du 1er juin 2019.

Il y a 3 niveaux de certification :

  • cosmétiques naturels: uniquement des ingrédients 100% naturels, dérivés de substances naturelles (réactions chimiques autorisées) ou de substances nature-identiques: conservateurs, minéraux et pigments: ils sont reproduits en laboratoire à l’identique de ce qui existe dans la nature. Ces ingrédients ne sont autorisés que s’ils sont indispensables pour la sécurité des consommateurs (agents de conservation) ou pour préserver la pureté des ingrédients (minéraux / pigments). – interdiction d’OGM et et substances pétrochimiques.
    L’eau n’est pas comptée dans la liste des ingrédients naturels
  • cosmétiques naturels partiellement bio (plus de 70 % des ingrédients naturels doivent provenir de l’agriculture bio )
  • cosmétiques bio (plus de 95 % des ingrédients naturels doivent provenir de l’agriculture bio )

La différence avec les autres labels est que les cosmétiques sont répartis en 13 catégories (voir tableau page 10 du pdf Critères Natrue)

La teneur minimale en ingrédients naturels varie suivant les catégories.

Par exemple, une huile ou un produit sans eau devra contenir minimum 80% d’ingrédients naturels et maximum 20% d’ingrédients d’origine naturelle transformés pour obtenir le 1er niveau de label. Pour accéder au second et au troisième, il sera composé au minimum de 90% d’ingrédients naturels et maximum 10% d’ingrédients d’origine naturelle transformés, sans oublier l’exigence supplémentaire concernant l’origine bio des ingrédients naturels.

Second exemple, un gel de soin cutané (donc avec de l’eau) devra quant à lui comporter minimum 10% d’ingrédients naturels et maximum 25% d’ingrédients d’origine naturelle transformés pour gagner le 1er niveau. Le pourcentage s’élèvera à minimum 15% d’ingrédients naturels et maximum 05% d’ingrédients d’origine naturelle transformés pour le second et respectivement minimum 20% – 15% pour le troisième niveau.

Ce label est donc plus complexe que les deux précédents…

Ils autorisent actuellement l’utilisation de nano-particules, chaque société a le choix d’en utiliser ou pas.
Selon eux, tous les nano-matériaux doivent être approuvés par la Commission Européenne 6 mois avant la mise sur le marché.

La suite la semaine prochaine avec encore quelques labels à découvrir…